Influence : résultat à long terme.

Aperçu général et influence de court terme.

L’intelligence économique contient trois axes principaux : la veille, la protection et l’influence. L’intelligence économique peut être mise en oeuvre par tout organisme ou toute organisation.
L’influence, qui s’appuie sur la communication, est une façon de rendre possible ce que l’on a projeté. Il s’agit d’accéder progressivement « au câblage mental » des individus, des décideurs et des relais d’influence tels que la presse et les mass médias.

L’influence peut avoir un effet que l’on souhaite immédiat : on trouvera alors dans le marketing direct une opération d’influence pour déclencher l’acte d’achat. C’est également le cas de la publicité.

Un des buts de l’influence est également de laisser une trace sur le long terme. Mais pour ce type d’objectif, il faut rester méfiant sur les conséquences à long terme et bien savoir ce que l’on fait.

Influence et reconquête industrielle en France

L’opportunité d’écrire cet article vient de l’apparition dans mon fil de l’actu sur LinkedIn, d’une interview de Jean-Marc Jancovici par Marianne TV, et notamment par Natacha Polony. Si le propos (mis en lumière par un post de Jean-Marc PALOC) porte sur les médias et l’énergie, j’ai été ravi d’entendre les propos de Natacha Polony à propos de l’industrie.

Alors que j’affectionne ce domaine (on n’y pas passe pas plus de 30 ans de sa vie sans raison), son avenir, qualifié de serein par le politique et certains courants de pensée, n’est pas aussi radieux que cela, du moins pas aussi vite qu’on ne se l’imagine.

En cause : des décennies d’influence, par le politique mais aussi par les ONG écologiques.

Dans cet interview, Natacha Polony de Marianne donne en quelques secondes un résumé de la situation (de 10’56 » à 12′).

Ces quelques dizaines de secondes de propos contiennent l’essentiel de l’argumentation que j’utilise depuis plusieurs années pour modérer l’enthousiasme benêt des uns à voir l’industrie revenir massivement en France. J’aimerai pourtant que ce soit réellement le cas.

Après les erreurs, essayer d’allumer un contre-feu par une autre opération d’influence.

Car tout le paradoxe est là.
Le politique s’aperçoit bien in fine que l’industrie est un atout pour l’indépendance d’une Nation. Pourtant, c’est le politique qui a conduit la France au niveau où elle est, celui du pays le plus désindustrialisé d’Europe avec la Grèce(1)

La France est passée de 6.5 millions de salariés et 28% du PIB dans l’industrie en 1980 à 2.7 millions de salariés et à peine 10% du PIB quelques décennies plus tard.

Tout le monde se rend compte, durant la crise COVID, de notre dépendance aux importations de biens et de produits (alimentaires et santé) et de la nécessité de produire par nous-même.
Mais il faut être réaliste ! C’est de la schizophrénie car les mêmes personnes n’accepteront pas le retour de l’industrie.

Trouvons quelques explications.

L’influence et le long terme.

Plusieurs phénomènes se conjuguent, sans nul doute, pour restreindre très fortement le renouveau rapide de l’industrie. Les hypothèses envisageables, qui se combinent et s’auto-alimentent les unes les autres, sont notamment :

  • l’influence des messages politiques qui soutient la mutation de l’économie vers le tout « finance et services »,
  • la montée de l’influence écologique des partis et des ONG qui, sans donner de solution économique de substitution, pousse au rejet de la pollution sous toutes ses formes, notamment celle liée à l’industrie,
  • la montée d’une exigence de santé et de sécurité par les individus qui va au-delà de ce qui est supportable par l’industrie (la contre-partie « coût » n’est pas étudiée)
  • le bridage des salaires (la trop fameuse « modération salariale » du politique qui suit la doctrine anti-inflationniste),
  • la baisse de l’acceptation du risque et du danger puisque ceux-ci deviennent plus rares et que lorsqu’ils apparaissent, l’émotion dépasse le rationnel. Cela sape la résilience globale. Il s’agit là d’un aspect sociétal majeur des pays à hauts niveaux de vie et de confort individuel,
  • la mise en application par les maires (femmes et hommes) des mesures (parfois électoralistse_3) qui poussent les industries encore présentes en ville vers les périphéries, voire plus loin encore (2). Ils le font d’initiative ou en suivant les aspirations des urbaines et les urbains (souvent CSP + et ++). En effet, les urbaines et les urbains trouvent que l’industrie « ça pue », « c’est mauvais pour nos enfants », « ça fume », « c’est bruyant », « c’est dangereux » et ce, quel que soit le type d’usine.

Sur le long terme, et alors que la crise du COVID 19 a montré très clairement l’inaptitude de la France à assurer ses propres besoins en produits alimentaires et de santé, les campagnes d’influence passées et encore actuelles (ONG) empêcheront tout retour arrière rapide.
Les mêmes politiques qui ont influencé pour la désindustrialisation s’efforcent d’allumer un contre-feu pour redynamiser l’industrie française. C’est, entre autres, le lancement de Territoires d’industrie (ministère de la cohésion des territoires).

Malgré la nouvelle orientation promue, toutes ces opérations d’influence passées laissent trop de stigmates sur le long terme.
C’est un peu comme le faux pli beaucoup trop marqué sur un chemisier ou un t-shirt.
Il va falloir consacrer du temps pour l’effacer.

Résultat d’années d’influence, les individus n’accepteront pas l’industrie dans l’immédiat.


Ce cas d’école montre que lorsque l’on choisit de faire une opération d’influence, il faut garder à l’esprit que le retour en arrière, c’est-à-dire revenir à l’état initial avant l’opération d’influence, sera de plus en plus difficile au fur et à mesure du temps. Plus l’opération d’influence dure longtemps, plus il sera difficile de revenir à la situation antérieure. La combinaison d’autres facteurs, externes à l’opération d’influence, peuvent accroître la difficulté pour faire « retour arrière ».

Il s’agit donc de bien mesurer les conséquences de l’opération d’influence, avant de la mettre en œuvre.

Note : cet article parle de l’influence, de ses effets, des conjonctions de situation. Il ne rejette pas la nécessité de maîtrise des impacts environnementaux de l’industrie, mais tente de mettre en lumière que des contraintes exagérées, sans aucun aménagement ni concession, ne pourront pas être compatibles avec le souhait (voire la nécessité) de retrouver une autonomie de production de biens de consommations, alimentaires et de santé.
Toutes les négligences ayant conduit à des accidents industriels ne sont pas tolérables. A l’inverse, stigmatiser et rejeter dogmatiquement l’industrie sans prendre en compte tout ce qu’elle a déjà fait, et qu’elle fait encore, pour nous préserver, et minimiser son impact environnemental est tout aussi inadmissible.

#influence #industrie #jaimelindustrie #iloveindustry #intelligence_économique #competitive_intelligence #PME #ETI #TPE

(1) Le Figaro. FigaroVox 20-07-2020 Entretien avec Claude Sicard par Marine Carballet. Article en lien (consulté le 09-03-2021). Dans l’article, un extrait d’une publication du BIRD montre la corrélation entre le niveau de vie (PIB/habitant) et la production industrielle par habitant.
(2) Avrillé (49) : le maire (Marc Laffineur) pousse un industriel du recyclage (CFF puis AFM devenu Derichebourg) hors de la ville avec l’aide d’Angers Agglomération.
(3) L’imposition de choix de menus dans les cantines par le courant de pensée de la municipalité de Lyon en est l’illustration.

Illustration libre de droit, source http://www.pexels.com
Photo de Darius Krause provenant de Pexels : interieur-du-batiment-en-beton-brun-2253934/
Photo Pixabay sur Pexels : circuit-imprime-vert-459411/
Photo de Tom Swinnen provenant de Pexels : tour-en-metal-gris-sur-le-dessus-de-la-maison-723905/
Photo de Markus Spiske provenant de Pexels : femme-tenant-une-carte-d-identite-blanche-et-verte-2058780/
Photo Pixabay sur Pexels : fer-a-repasser-philips-blanc-vert-53422/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.