La consanguinité des idées avec les réseaux sociaux.

applications blog blogging blur

Qu’on est bien entre nous !
C’est confortable. On a quelques désaccords sur certains sujets, mais globalement, nous sommes câblés à peu près de la même façon, et cela nous permet de ne sortir que très rarement de notre zone de confort.

Cela ne limiterait-il pas notre créativité et notre esprit critique ?

Les réseaux sociaux sur Internet ne sont-ils pas une prison machiavélique dont nous choisissons nous-mêmes la couleur des murs et des barreaux, nos compagnons de cellule, et de surcroît en étant contents nous y enfermer !?

Il y a bien longtemps… (dans une lointaine galaxie…)

Depuis longtemps, les individus se rapprochent pour partager des idéaux dans l’action, et ce, bien avant que l’informatique ne soit là, n’en déplaise à ceux qui pensent qu’en dehors du numérique, rien n’est possible ou trop difficile. L’absence d’algorithme pour créer et faire grandir ces groupes de personnes laissait la possibilité de voir venir dans l’équipe, une forte hétérogénéité des profils. On invitait un nouveau membre en le croisant à la sortie de l’école en allant chercher les enfants, ou lorsque l’on tapait les cartes régulièrement avec lui durant la pause de midi. Les affinités s’établissaient sans analyse particulière, a priori sans calcul.

L’arrivée des TIC (1) et des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux regroupent des ensembles d’individus de tous sexes, de toutes origines sociales, de toutes croyances et convictions, ayant des parcours de vie variés, des cultures différentes, etc… Ces réseaux sociaux matérialisent en théorie la représentation du concept de « diversité ». Tous ces êtres sont génétiquement différents et certains d’entre eux partagent des points communs.

consanguinité_1Mais déjà, les réseaux sociaux se cloisonnent entre eux (2). Il y a le réseau LindedIn dont les 2/3 d’utilisateurs ont plus de 34 ans, Facebook dont la majorité des utilisateurs a entre 20 et 29 ans, Snapchat dont la classe d’âge très majoritaire a moins de 25 ans tout comme Instagram, ou encore Twitter avec les moins de 35 ans, etc… On peut ajouter à ces cloisonnements les différences de représentations des genres h/f, et la « raison d’être » du réseau social.
Certaines personnes disposent d’un compte dans plusieurs réseaux sociaux.

consanguinité_2Ces inscrits se regroupent par « communautés » et continuent le cloisonnement : les « amis » de Facebook, les « relations » de LinkedIn, les « Followers » de Twitter…

Comme le montre régulièrement Guillaume Sylvestre (3) dans ses analyses de Tweet, les communautés échangent très rarement entre elles. Elles s’ignorent, restant chacune chez elle. Ce dernier point est important. Car lors d’une émission emblématique comme Cash Investigation, chaque communauté reste murée avec ses arguments, ses idées : peu de passerelles constructives entre les communautés.

Et la consanguinité dans tout ça ?

Wikipédia (4) énonce que le fruit d’une reproduction entre deux individus apparentés définit la consanguinité.

Par extension, on peut qualifier « d’individus apparentés » ceux qui appartiennent à la même « Communauté », à un même groupe de relations sur un réseau social.

technology lens laboratory medical

En biologie et au niveau génétique, la consanguinité a pour effet d’appauvrir la séquence génétique au point d’entrainer des mutations génétiques défavorables à une population d’individus. C’est la conséquence du  passage d’un aspect hétérozygote à  un aspect homozygote augmentant le fardeau génétique (4). La seule solution pour cesser d’appauvrir la séquence génétique est de rencontrer des individus qui ne sont pas apparentés.

En réseau social, les individus apparentés d’une même communauté conservent leurs idées, leurs arguments (homozygote), et n’échangent que rarement avec les autres communautés (voir article sur les analyses de Tweets).

Dans « Pilote de Guerre », Saint-Exupéry écrit :

Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis

african african american business people businessmen

En complément de sa phrase, Saint-Exupéry exprime ainsi que se priver de la diversité des individus avec qui nous entrons en contact ou pouvons entrer en contact nous appauvrit. Il ne s’agit pas là d’argent, tout  le monde l’aura compris.

Se priver de cette diversité, c’est ne plus exposer son esprit à des idées, des faits, des opinions qui viennent questionner ce que nous connaissons et maîtrisons. Cela ferme une opportunité qui  nous amènerait à raisonner, déduire, amender, conforter, façonner, créer nos propres idées, opinions ou connaissances.

Les effets de la consanguinité lors de la reproduction d’individus apparentés sont similaires lors de la reproduction d’idées, d’opinions ou de concepts dans les réseaux sociaux : la consanguinité d’idées, d’opinions, de concepts dans les réseaux sociaux appauvrissent la séquence de créativité et nuisent à l’esprit critique.

Comment s’échapper, et rencontrer moins d’individus apparentés dans les réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux gèrent les « communautés » (ensemble d’individus apparentés) de deux manières :

  • au choix de l’utilisateur, qui reprend ou non des hashtags (les hashtags aideront la fédération d’une communauté autour d’un thème),
  • au choix de l’algorithme du réseau social qui utilise vos « like », vos « commentaires » ou vos partages, pour « améliorer ce qu’il vous montre » et, de ce fait, mettre sur le fil de l’actu les éléments qui vous « ressemblent », pub incluses.

copie_ecran_linked_in_reseau_social_consanguin_3

Dans le premier cas, l’utilisateur peut encore agir pour limiter les effets de consanguinité, en sortant d’une « communauté » formant l’ensemble d’individus apparentés : il ne suit plus un ou plusieurs hashtag.

Dans le second cas, les effets de la consanguinité vont être plus difficiles à éviter.

Rester hétérozygote des idées, concepts, … : quelques pistes.

Comment se fait-il que, dans les entreprises, on n’hésite pas à embaucher du personnel d’encadrement venant de l’extérieur de l’entreprise au lieu de faire de la promotion interne ? Réponse la plus fréquente : pour avoir du sang neuf !

Lorsque nous sommes sur les réseaux sociaux, pourquoi tolérons-nous que les algorithmes nous privent de « sang-neuf » ?

Dès lors que ces paramètres sont disponibles, il faut les modifier pour élargir le champ, et ne pas se restreindre à ce que nous propose les algorithmes et que nous acceptons souvent par facilité.consanguinité_3

Il est possible d’autoriser tout le monde à vous demander de vous mettre en relation avec lui. Son parcours et ses expertises peuvent avoir un vrai intérêt pour élargir notre horizon. Vous faites des RH : un manager de production est sans doute le bienvenu dans vos relations, tout comme un illustrateur…

copie_ecran_linked_in_reseau_social_consanguin_4

Et si vous interdisiez à LinkedIn de vous suggérer les relations et les contenus en fonction de vos contacts ? Cela aurait l’avantage de sortir du « mainstream » de votre communauté, même si elle possède déjà des profils variés. C’est la même chose pour les offres d’emploi ou les publicités. Cela permet d’ailleurs de bien nous moquer (voir mon post sur la publicité des pneus hiver Michelin en pleine semaine d’été).

 

Une autre suggestion est de troubler l’ordre établi par l’algorithme de LinkedIn, celui « qui nous rend fou » comme le précisait Antoine Jambart dans un article (5).
Comme Facebook, LinkedIn, qui l’a copié, a ajouté une possibilité de voir le fil de l’actu par « pertinence » (l’algorithme décide suivant vos centres d’intérêts, vos « likes », la popularité du post, etc…). Comme Facebook, il revient par défaut à ce classement quand vous ouvrez votre session. C’est fait exprès…

consanguinité_4Offrez-vous un peu de fraîcheur en demandant un affichage chronologique de temps en temps, voire à chaque session. Cela vous permet d’échapper à l’algorithme, et vous pourrez apercevoir des posts pertinents qui ne vous auraient jamais été présentés.

Enfin, dernière possibilité : garder le contrôle ! Allez dans la vie réelle : là, pas d’algorithme. C’est vous qui rester maître de votre réseau social et de ses effets. Ce sont les gens que vous rencontrez, et vos propres surfs sur le Net en utilisant la sérendipité.

Trouvez après la liste des sources citées en fin d’article, des captures d’écran correspondant aux paramètres de LinkedIn sur lesquels agir.

Pour conclure

Échapper aux algorithmes des réseaux sociaux est essentiel pour ne pas se trouver enfermer dans un univers consanguin d’idées, pensées, concepts, mainstream, car provenant d’une communauté à laquelle nous avons choisi d’appartenir.

Cette enfermement est nuisible à la créativité en limitant de nouveaux apports, et surtout à l’esprit critique, c’est-à-dire la faculté d’un individu à forger son jugement par lui-même en confrontant ses connaissances à plusieurs sources d’informations.

Des méthodes permettent de freiner l’action des algorithmes.
Sur LinkedIn, des paramètres permettent de remettre de l’aléa dans votre réseau en limitant les effets de la consanguinité : vous demandez à LinkedIn de sortir de vos sujets de prédilections ou de vos relations établies pour vous proposer des contenus, des mises en relations, des pubs.
Vous pouvez échapper au classement « pertinence » (qui n’a pas de sens pour vous, mais en a un pour LinkedIn qui a fait l’algorithme), en passant en mode « chronologique ».

En Mars 2018, Instagram a remis par défaut un classement chronologique. Est-ce un signe ?

Arno Delanchy
Cat-conseil

Sources :
(1) TIC : technologie de l’information et des communications
(2) Source Wifeo qui citent les sources de son infographie 2016 dont Lefigaro, Médiamétrie, Investor.fb,…
Une étude plus récente sur 2017 est à disposition sur le Blog du modérateur qui cite également ses sources.
(3) Guillaume Sylvestre publie régulièrement ses analyses sur Cartorezo avec de la dataviz. Guillaume Sylvestre est également présent sur LinkedIn
(4) Wikipédia :  Définition de la consanguinité  et effets de la consanguinité
(5) Antoine Jambart : « Cet algorithme LinkedIn qui nous rend fous !« , sur LinkedIn. Antoine Jambart est présent sur LinkedIn.
Schémas : Arno Delanchy
Copie d’écran LinkedIn : Arno Delanchy
Photo by Pixabay on Pexels.com
Photo by Public Domain Pictures on Pexels.com

Captures d’écran et paramètres.

Ces quelques éléments ne sont pas exhaustifs. Ils donnent des pistes pour essayer d’échapper à des algorithmes par trop envahissants.

Y accéder depuis votre compte LinkedIn, par l’onglet « Vous » puis Préférences et confidentialités.

consanguinité_11

Quelques rubriques intéressantes :

consanguinité_14

Permettre aussi aux autres de pouvoir élargir leur horizon, à moins que vous ne publiez que des posts ou articles dont vous ne voulez pas que vos concurrents s’emparent.

consanguinité_10

consanguinité_6

Limiter les données que LinkedIn peut agréger pour mieux vous cibler.

consanguinité_13

Vous pouvez aussi agir sur les scories que vous laissez en pâture à LinkedIn : videz l’historique, puisqu’il aide l’algorithme à focaliser de « meilleurs résultats ».

consanguinité_5

 

Un commentaire sur “La consanguinité des idées avec les réseaux sociaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.